Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/04/2011

Sandra Le Grand, Fondatrice* et PDG de CANALCE ou l’instinct entrepreneurial** : compte-rendu du Café de Flore de Femmes 3000 du 1° février 2011

Nous publions ci-dessous le compte-rendu du Café de Flore du 1° février 2011, rédigé par Monique RAIKOVIC.femmes3000,sandra le grand,canalce

« Être une femme est un énorme avantage pour un chef d’entreprise » affirme Sandra Le Grand. Voici qui bouscule bien des idées reçues et qui appelle quelques éclaircissements, que fournit volontiers cette jeune quadragénaire, en appuyant sa démonstration sur sa propre expérience.

Á l’occasion de cette première réunion de l’année 2011 au café de Flore, et avant de présenter Sandra Le Grand, l’invitée du jour, Valérie Blanchot-Courtois, Vice-présidente de Femmes 3000, a tenu à rappeler que la Fédération s’était fixé pour but de rendre visibles les femmes dans la vie politique, économique, artistique et sociale de notre pays, voire d’au-delà de nos frontières. D’où ces réunions mensuelles à Paris et en provinces autour de femmes qui, par leur parcours, ont déjà réussi à s’imposer dans l’un de ces domaines et dont le message est un enseignement en même temps qu’une invite à agir adressée aux adhérentes.

Auteure d’« Entreprendre : un peu, beaucoup, passionnément –Lettre ouverte à celles (et à ceux) qui veulent créer leur entreprise. (Éditions TÉLÉMAQUE), Sandra Le Grand, créatrice-fondatrice et Présidente-Directrice Générale de CANALCE est donc venue présenter son livre aux adhérentes de Femmes 3000 et ce, d’autant plus volontiers qu’elle est convaincue qu’en dépit des problèmes inhérents à la nécessité de conjuguer responsabilités professionnelles et responsabilités familiales, être une femme est un énorme avantage pour un chef d’entreprise ! Sans doute parce qu’il faut à une femme qui veut créer une entreprise, une motivation et une capacité d’organisation supérieures à celle d’un homme, compte tenu justement de sa double responsabilité... Du moins retient-on cela des propos de Sandra Le Grand, aujourd’hui, membre actif, entre autres, de deux clubs féminins*** œuvrant à promouvoir le développement et la progression professionnelle des femmes.

Lire la suite